Après une expérimentation pénale qui a duré (littéralement) un siècle, il est temps d’aborder les drogues illégales autrement

Les personnes qui consomment des drogues ne se réduisent pas à des stéréotypes, ce sont des gens qui ont leur histoire, et peu importe comment une personne se comporte face aux drogues ou dans quelle situation elle se trouve : la stigmatisation complique inutilement les choses. Elle est toxique pour les personnes usagères, et aussi stupide qu’injuste.

La stigmatisation est un problème qui regarde la société, et pas seulement les usagers de drogues. La stigmatisation au sujet des drogues et de leur usage ne tombe pas de nulle part sur la tête des usagers, et ce n’est pas eux-mêmes qui se l’infligent. Elle a pris forme historiquement et culturellement, et cela fait 100 ans qu’elle est bétonnée, pénalement et institutionnellement, dans notre société.

Les personnes qui consomment des drogues savent de quoi elles parlent, car elles ont de l’expérience tant en matière de drogues qu’en matière de stigmatisation. Par conséquent, elles savent comme personne que l’usage de drogues, dans la société, est un sujet délicat à aborder et polarisé, a fortiori au niveau politique.

Quiconque a quelque chose à dire au sujet des drogues et des personnes qui les consomment, ou qui a un quelconque pouvoir concernant la façon dont ces dernières sont traitées, peut contribuer soit à perpétuer cette stigmatisation, soit à changer enfin les choses. Après une expérimentation pénale qui a (littéralement) duré un siècle, il est temps d’aborder les drogues illégales autrement.

Pourtant, rien ne sert de creuser la distinction entre ‘nous’ et les autres, car si on veut réellement s’attaquer à la stigmatisation et à ses sources, il s’agira d’y travailler toutes et tous ensemble.

Nombreuses sont les personnes (ex-)usagères de drogues qui souhaitent participer à une alternative. Alors parlez avec ces personnes, écoutez-les, prenez-les en compte, impliquez-les, prenez-les au sérieux, et travaillez concrètement avec elles. Ce sont des compagnons de route importants sur le chemin d’un renouveau et d’une politique drogues humaine.

Un collectif de personnes (ex-)usagères de drogues illégales

D'autres messages

Partagez le message!

Il n'y a pas encore de commentaires, mais vous pouvez en ajouter un ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *