« Si tu montes un cheval mort, mieux vaut en descendre »

La « guerre aux drogues » me fait toujours penser à un proverbe des indiens Dakota : « Si tu montes un cheval mort, le mieux est d’en descendre. » C’est très simple : si quelque chose ne fonctionne pas, mieux vaut s’arrêter. Mais que voit-on quand il s’agit de notre politique drogues ?

  • On achète des cravaches plus chères et plus solides pour faire avancer le canasson mort
  • On fait monter de nouveaux jockeys sur le canasson mort
  • On désigne une commission pour examiner le canasson mort
  • On regarde au-delà des frontières pour voir comment on y monte un canasson mort
  • On cherche des systèmes pour ramener à la vie le canasson mort
  • On prévoit davantage de moyens pour améliorer les performances du canasson mort
  • On rassemble plusieurs canassons morts en espérant qu’au moins un ressuscitera

Si nous voulons éviter des drames sociaux, prévenir des meurtres, combattre la corruption et le chantage, offrir à nos enfants un avenir plus souriant, nous devons tourner le dos au canasson mort et partir à la recherche d’un ou plusieurs autres chevaux.

Joost Bonte, coordinateur de projets de travail de rue en Flandre occidentale et orientale et expert en travail social pour la Flandre.

D'autres messages

Partagez le message!

Il n'y a pas encore de commentaires, mais vous pouvez en ajouter un ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *